Garantir la sécurité au niveau local

Objectifs de l’enseignement

L’action de la police et de la gendarmerie relève d’un pouvoir régalien qui échappe comme tel au champ de la décentralisation. Pourtant, il existe bien une politique locale de sécurité en France. Sans déléguer ses pouvoirs, l’État a cherché à organiser avec les collectivités territoriales les formes d’un partenariat qui permettent de répondre au plus près à la demande locale de sécurité. Cette formation vise d’une part à préciser l’importance du local dans ces politiques publiques territorialisées qui combinent prévention, police et justice, principalement dans les villes («violences urbaines»), mais également à fournir à l’élu les clefs de la mise en place de ces politiques.

Programme détaillé

  • Trois phases de la réponse publique à la demande locale de sécurité. Du rapport Bonnemaison à la politique de la ville (1982-1992) • Retour de l’État (1992-1995) •  « Coproduction » de la sécurité entre l’État et les partenaires locaux (1995-2004) • La réponse locale à l’insécurité marque un changement au regard de la tradition étatique française.
  • Trois déclinaisons des politiques locales de sécurité. Les contrats locaux de sécurité • Les polices municipales • Les adjoints de sécurité : animation préventive, dialogue et présence dissuasive.
  • Mettre en place et piloter des politiques locales de sécurité.
  • Travaux pratiques, travaux dirigés, étude de cas.

 

Référence :

J1

Durée : Une journée

Les acquis de cette formation à faire valoir lors d’une Valorisation des Acquis Professionnels (VAP) ou d’une Valorisation des Acquis de l’Expérience (VAE) :

  • Connaissance relatives aux dispositifs sécuritaires locaux.
  • Capacité de mise en place et de gestion des politiques sécuritaires locales.

 

Bibliographie :

  • Les cahiers de la sécurité intérieure (revue trimestrielle de sciences sociales, publiée par l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure)